Les remarques stupides que les autistes en ont marre d’entendre

J’ai vu cette vidéo de Julie Dachez, mais elle énonce un top, sans vraiment expliquer pourquoi les phrases entendues sont « au mieux stupides, au pire blessantes ». J’ai décidé que j’allais donc le faire moi, je vais reprendre toutes ses phrases et expliquer pourquoi c’est stupide et/ou blessant.

 

 

« Autiste? Mais… Tu parles pourtant »

Alors, big scoop pour vous, mais à 24 ans, la majorité des autistes parlent… ya juste les autistes traités comme des merdes avec des théories psychanalytiques, et qui n’ont pas accès aux méthodes qui ont fait la preuve scientifique de leur efficacité, qui pourraient ne pas parler à 24 ans.

Autre big scoop pour vous, les enfants autistes verbaux, c’est possible, et même relativement fréquent… Moi, j’ai parlé à… 18 mois !!! c’est à dire avant la plupart d’entre vous.

Autre information pour vous, ce n’est pas parce qu’un autiste est non verbal que ça fait de lui un débile. Il va peut-être rater certains tests de QI, mais on va faire un jeu, essayer de passer un test de QI avec un psy qui ne comprend aucune des langues que vous parlez… Je pense vous serez diagnostiqué « déficient intellectuel »… Ça ne veut absolument pas dire que vous l’êtes.

 

 

« Oui attend autiste non mais… Est-ce qu’on est pas tous un peu autistes dans le fond »

Julie a répondu à cette remarque dans cette vidéo.

Je vais vous faire quelques phrases qui ressemblent, comme Julie l’a fait avec l’asthme…

  • Moi aussi des fois j’ai mal quand je marche, est-ce qu’on aurait pas tous une entorse à la cheville dans le fond
  • Moi aussi des fois j’oublie des trucs, est-ce qu’on aurait pas tous un peu Alzheimer dans le fond?
  • Moi aussi quand j’ai froid je tremble, est-ce qu’on aurait pas tous un peu Parkinson dans le fond?

Vous pouvez jouer à en trouver d’autres dans les commentaires si vous voulez.

 

 

« Oh la la… Non mais attend… Je crois surtout que tu te prends beaucoup trop la tête là faut que tu sortes faut que tu voies du monde là, ça va pas du tout hein »

Sérieusement?

Alors, être autiste, c’est pas juste « se prendre la tête » c’est un vrai trouble, et c’est pas facile à vivre dans un monde de neurotypiques, qui accepte de moins en moins la différence. Juste, vous diriez à quelqu’un qui a Alzheimer qu’il « se prend beaucoup trop la tête » et que « ça va s’arranger en voyant du monde »?

Et puis pour les autistes, « voir du monde » ben déjà ça coûte souvent de l’énergie parce qu’on doit lutter pour comprendre les interactions sociales, qui sont innées chez les personnes non autistes. Et c’est pas toujours facile, parce que dans ce monde de neurotypie ambiante, ben c’est pas toujours simple pour les autistes d’avoir des amis.

Non, l’autisme ne se soigne pas en « sortant et en voyant du monde » c’est plutôt le contraire.

 

 

« Non mais… t’es sûr de ce que tu dis, là? »

Ben oui… Et non… Parce qu’obtenir un diagnostic, c’est long, et ça nécessite des experts qui savent ce qu’ils font, et même une fois obtenu, ça nous arrive à tous d’avoir des doutes…

Mais, je suis sûr que toi, même si tu as vu rain man, ben tu ne pourras pas infirmer un diagnostic d’une équipe d’experts, ni même un autodiagnostic, pour ceux qui n’ont pas encore obtenu le diagnostic officiel. Quand on s’autodiagnostique autiste, c’est parce qu’on a fait des recherches plus poussées que la vue de rain man, et qu’on a de vraies difficultés.

 

 

« Trop cool alors euh… Tu pourrais me réciter les décimales de pi? »

Alors pour ça, vous pouvez dire Pi=3,1415926535 et après, ben plus personne ne connaît… donc rajoutez des chiffres random, et ça va passer. Sinon vous avez le poème.

Plus sérieusement… Arrêtez de croire que les autistes ont des super pouvoirs… Le seul super pouvoir qu’on a, c’est de réussir à supporter ce genre de remarques stupides.

 

 

« Tu es autiste? Ah oui comme rain man »

  • D’ailleurs, tu es asiatique toi, comme Jackie Chan. C’est quoi ton don du coup? Le kung fu, le judo, le karate, les mathématiques?
  • D’ailleurs tu es allemand toi, comme notre cher adolf, ça te donne pas envie d’envahir des pays? #pointgodwin
  • D’ailleurs tu es catholique toi, comme le cardinal Barbarin… Tu violes des enfants du coup?
  • D’ailleurs tu es arabe toi… Je vais m’arrêter là parce que vous avez compris l’idée.

 

Voilà, ces remarques racistes à but humoristiques et pédagogique à la fois, premettent de se rendre compte que les gens ne sont pas dans la vraie vie comme une représentation remplie de clichés et/ou cinématographique (carrément fausse pour rain man, d’ailleurs) d’un membre de la communauté à laquelle ils appartiennent.

 

 

« Mais alors ça veut dire que t’aimes pas les gens »

Alors, contrairement à une idée répandue, les autistes aiment souvent les gens, c’est juste avec les cons qu’ils ont du mal… On a juste une façon différente de vous le montrer, (et nous aussi on vous trouve bizarres d’ailleurs…)

Si on s’enferme seul dans notre chambre, c’est qu’on en a BESOIN, ce n’est pas parce qu’on ne vous aime pas. On a besoin de s’isoler pour se calmer/se reposer.

Si parfois on refuse vos invitations à des soirées/apéros, on qu’on se barre avant la fin… C’est parce que pour vous c’est une soirée/un apéro ou autre, mais pour nous, c’est une surcharge sensorielle à laquelle on ajoute généralement une dose généreuse d’interactions sociales… C’est à dire, un truc extrêmement énergivore. Ça nous coûte beaucoup d’énergie, donc de cuillères, et ya des soirs où en n’en a plus… Ça ne veut absolument pas dire qu’on vous aime pas.

 

 

« Non mais attend l’autisme… C’est un effet de mode hein… Franchement faut arrêter hein »

Vous vous imaginez dire à quelqu’un qui a la maladie d’Alzheimer :  » Non mais attend Alzheimer… C’est un effet de mode hein… Franchement faut arrêter hein ». Non parce qu’il y a de plus en plus de gens avec la maladie d’Alzheimer quand même… Vous l’aviez oublié? Vous êtes peut-être à la mode alors…

Que ce soit Alzheimer ou l’autisme ou autres, c’est pas facile à vivre, et c’est franchement blessant quand on nous explique que notre souffrance est un « effet de mode ». Faudra pas venir dire que les autistes aiment pas les gens après…

 

 

« Ah, pourtant t’as pas l’air autiste hein… » 

Et pourtant t’as pas l’air ignorant hein… Comme quoi… Les apparences sont parfois trompeuses…

Non, ya pas marqué AUTISTE en gros sur mon front… Donc explique moi ce que c’est « avoir l’air autiste »… Comme ça tu pourras m’expliquer pourquoi j’en ai pas l’air

 

 

« J’ai piscine en fait je… je vais y aller »

Ben pourquoi? Tu as peur? Méfie toi des autistes !! Les soirs de pleine lune on se réunit et on mange des enfants en écoutant du Céline Dion…

J’ai jamais eu cette réaction moi, donc je sais pas comment je la prendrais en vrai…

 

 

 

Voilà, je pense que c’est une bonne idée d’expliquer un peu mieux aux gens pourquoi ces remarques sont stupide et/ou blessantes. J’y suis allé un peu fort, mais comme le dirait Jacques Grimault :  » Ça s’appelle de la didactique » (oui, je cite notre cher Jacques…)

 

Du love neuroatypique sur vous !! (Oui, les autistes aiment les gens)

 

Sébastien

Ajout : Suite à une remarque, je tiens à préciser que l’autisme n’est pas une maladie, on ne guérit pas de l’autisme, pas la peine de nous souhaiter un « bon rétablissement » ou de nous demander comment ça se soigne

Publicités

9 Comments

  1. Petite erreur sur «l’effet de mode autiste» il me semble que vous avez oublié de remplacer autiste par l’Alzheimer.

    Sinon tout bon

    J'aime

  2. Moi aussi des fois je tousse, est-ce qu’au fond on est pas tous/tes un peu tuberculeux/ses ?
    Moi aussi des fois j’ai mal au ventre, est-ce qu’au fond on a pas tous/tes [insérer ici un trouble gastro-intestinal] ?
    Moi aussi des fois j’ai un petit coup de mou, est-ce qu’au fond on est pas tous/tes un peu dépressifs/ves ?

    Aimé par 1 personne

  3. Il n’y a pas longtemps j’ai participé à une courte bataille par commentaires interposés à propos de l’autisme, face à une dame (qui je suppose devait être mère d’autiste, si j’interprète bien) qui a commencé à exposer les théories farfelues sur l’origine alimentaire de l’autisme.
    J’ai fait tout ce que je j’ai pu pour expliquer ce que je savais sur le sujet, comme quoi tout ça était infondé et entraînait des traitements inadaptés. Je l’ai juste mise en colère, et quand j’ai dit « on ne guérit » pas de l’autisme, j’ai été taxé de rhétoricien mortifère. Selon elle, les régimes sans gluten obtiennent d’excellents résultats, et d’ailleurs elle a vu et suivi cliniquement des autistes, donc elle SAIT.

    Duh ! Comment faire entendre raison à ces gens ? Comment leur montrer que leur humanisme est utilisé à mauvais escient, et fait sûrement plus de mal que de bien aux autistes ?

    J'aime

    1. Il faut lui demander des études scientifiques qui montrent l’influence du gluten sur l’autisme… Pour l’instant je n’ai jamais trouvé quoi que ce soit qui y ressemble. Les seuls qui parlent du lien autisme-gluten sont les naturopathes qui ont des choses à vendre.

      Tu peux aussi lui montrer cette conférence, mais pas sûr que ça marche pour quelqu’un d’endoctriné.

      J'aime

      1. J’ai beaucoup aimé l’article. Par contre, je voudrais répondre sur la polémique alimentaire, que je trouve absurde: il se trouve que je suis autiste et que j’ai AUSSI des réactions aiguës à certains types d’aliments, qui vont me provoquer des angoisses, des coups de nerfs, des crises de larmes et autres joyeusetés. Si vous êtes un peu curieux, lisez l’un des nombreux bouquins « à la mode » sur les liens entre l’humeur et le microbiote intestinal, et vous verrez que ce n’est pas complètement de la science-fiction.

        Une quantité croissante de personnes choisissent de se passer des aliments contenant du gluten, des laitages ou des sucres raffinés, et quand on sait toutes les choses délicieuses à quoi on doit tourner le dos en faisant ça, je doute fort que la motivation de ceux qui persévèrent ne soit due qu’ à un effet de mode. Je trouve toujours vraiment absurde les réponses que me font les gens, comme quoi je ne devrais pas me prendre la tête avec la bouffe, comme quoi c’est dans ma tête, comme quoi le sans-gluten est juste une nouvelle tendance commerciale. C’est très similaire aux discours que vous dénoncez sur l’autisme, en fait!

        Si je n’étais pas autiste, je trouverais certainement déjà inconfortable d’avoir du mal à digérer certains aliments et d’avoir des humeurs changeantes. Mais cumulé avec d’autres difficultés telles que fatigabilité, anxiété générale et surcharges sensorielles, cet « inconfort » deviennent la goutte d’eau qui va causer de vrais effondrements incontrôlables. Les jours où je mange des trucs que je ne devrais pas, je me sens parfois vraiment au bord de la « folie », je tourne en rond chez moi, j’ai envie de tout envoyer valser, je me donne des baffes, je pleure, je n’ose ouvrir ma porte à personne. Alors que les jours où je me sens moins secouée, je sors (en dosant mon effort!), je parle à des gens, je souris, et ça ne se voit pas que je suis Aspie.

        Alors à titre personnel, je suis absolument convaincue que les parents qui constatent un changement chez leurs enfants en excluant certains aliments ne sont pas des affabulateurs. C’est absurde de dire qu’on supprime l’autisme, qui reste là, sous-jacent. Mais si un enfant peut apprendre à vivre le plus « normalement » possible pour pouvoir être intégré à l’école, se faire des copains et devenir autonome au lieu d’être aiguillé vers une structure spécialisée, pour certains, vu de l’extérieur, ce sera assimilé à une « guérison ». Il faut juste raisonner droit, et comprendre que des réformes alimentaires peuvent avoir un impact positif sur la capacité d’apprentissage, la maîtrise de soi et donc sur le développement d’une bonne capacité de COMPENSATION.
        S’il faut batailler sur quelque chose, bataillons donc plutôt sur les mots: on ne supprimera pas l’autisme, qui fait partie de la personne, mais on peut « guérir » (supprimer, atténuer, mieux gérer… choisissez votre mot) certains troubles associés, et donc rendre l’autisme moins difficile à vivre.

        Je ne suis pas en train de dire non plus que l’alimentation est une recette-miracle qui va « guérir » tous les autistes. Il est probable que pour certains, un régime n’aura aucun impact. Une amélioration par l’alimentation n’est envisageable que si des intolérances alimentaires venaient aggraver le problème de départ. Mais les problèmes digestifs étant statistiquement fréquents dans notre population, cela reste une piste intéressante pour qui ceux qui sont concernés.

        Bref, pour moi, c’est la sur-généralisation qui tue, en créant des batailles de chapelles. Restons ouverts et explorons tout ce qui peut l’être. L’essentiel, quand même que chacun arrive à vivre le mieux possible avec ses particularités, non?

        J'aime

        1. Aspergold, je pense qu’on est assez d’accord.
          Je disais bien qu’on ne pouvais pas « guérir », tandis que cette personne prétendait le contraire, que les régimes sans gluten étaient sur la voie de la « guérison ». Le contexte de ses propos attestaient de cette conviction.
          Après, que l’alimentation, comme n’importe quoi d’ailleurs, puisse être utilisé comme aide ou traitement pour « soigner », je ne pense pas que quiconque ne doive s’y opposer a priori ! Chacun ses petits trucs de la vie, et si il y en a qui sont plus ou moins universels, tant mieux !
          Je trouve votre terme « compensation » plutôt juste. Mais cette personne qui m’a presque insulté, chez qui j’ai vraiment senti de la colère, était loin d’être aussi lucide et mesurée que vous…

          J'aime

          1. Tant mieux si on se comprend!
            Et quand je disais que la sur-généralisation est un problème, cela s’applique bien évidemment aussi dans l’autre camp – je n’aime pas l’idée de « camps », mais c’est juste pour évoquer le clivage dont il est question ici…
            Il me semble évident que ceux qui veulent imposer à tout le monde le même régime ou les mêmes solutions, quelles qu’elles soient, ne rendent pas service à la cause.
            Chacun ne peut témoigner que de sa propre expérience.
            On ne peut pas extrapoler et promettre des résultats à autrui.
            Chaque individu est unique dans son fonctionnement, dans ses ressentis et dans ses réactions. 🙂

            J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s