Réaction aux propos de François Fillon « je ne suis pas autiste » et à la récup derrière.

Hier, (nous étions le 05/03/17) au journal de France 2, François Fillon a déclaré pas moins de 4 fois « je ne suis pas autiste ». Certains qualifieront ça de « dérapage » ou d’une « expression malheureuse »  mais je ne suis pas entièrement d’accord avec cette idée. Je pense que ça aurait pu être un dérapage s’il ne l’avait dit qu’une fois, mais 4 fois, on ne peut plus qualifier ça de dérapage.

Tout d’abord, quand François Fillon déclare « je ne suis pas autiste », je me sens fier d’être autiste. Cela montre que je ne ressemble pas à François Fillon. Les autistes sont en général des gens honnêtes qui ne tapent pas dans la caisse et qui ne trafiquent pas de l’influence à AXA… Le jour ou ce pays sera dirigé par des autistes, je suis prêt à parier qu’il ira mieux (cependant, j’attends vos contre-arguments, si vous en avez).

Je pense que cette phrase de monsieur Fillon est psychophobe, qu’elle n’a rien à faire sur un plateau télé du service public, et que c’est une honte, d’une part qu’il ait osé la dire pas moins de 4 fois, et d’autre part que le journaliste ne soit pas intervenu.

Les gens qui défendent Fillon en disant « oh ça va, c’est une expression » sachez que je pense que vous êtes des baltringues nucléaires. « j’écoute je suis pas autiste » c’est autant une expression que « ça va j’ai rien volé je suis pas arabe » ou « ça va, partage, fait pas ton juif ».

Je pense cependant que si François Fillon a dit pas moins de 4 fois qu’il n’était pas autiste, c’est parce que cela faisait partie de son plan de comm, et qu’il s’agit pas tant de psychophobie que d’une tentative de contre feu (qui risque fort de marcher) pour qu’on arrête de parler de ses affaires. C’est Sarko et sa double ration de frites à l’époque de la sortie de Takkedine qui lui a appris. Pendant qu’on parle de ça, on ne parle ni du pognon qu’il semble avoir détourné pour sa famille, ni du pognon que sa boite de conseil a reçu d’axa, qui ressemble beaucoup à un pot de vin.

Je dirais ensuite que quand on voit ce qu’on voit parmi les réactions des personnes non autistes, ben ça me fait encore plus gerber que les paroles de monsieur Fillon. Les gens qui d’habitude n’en ont rien à foutre de nous, qui se servent de nous pour casser du Fillon, ben ça me gave. Surtout tous les députés de gauche qui soi-disant sont contre la psychophobie, mais qui ont voté contre la loi interdisant la psychanalyse dans le traitement des enfants autistes. Pour citer un autre autiste : Hugo Horiot :  » La psychanalyse, c’est comme les partouzes, ça doit se faire entre adultes consentants, et les enfants n’ont rien à y faire ».

Vous pouvez voir ici le débat à l’assemblée, avec les députés socialistes qui font des copier coller de ce que dit le psyKK… Maintenant, arrêtez de nous utiliser pour casser du Fillon, parce que refuser d’interdire la psychanalyse, c’est bien pire qu’une phrase à la télé.

Quand on voit certaines phrases, comme celle du porte parole de Benoit Hamon, Michel Pouzol : « être autiste est une maladie, pas un défaut ». Alors non, comme je l’explique dans cet article (que vous pouvez lire avant de commenter d’ailleurs, ça vous évitera peut-être de dire des bêtises), l’autisme n’est pas une maladie, c’est une différence.

Maintenant, entre la gauche qui fait de la récup, mais qui n’en a rien à foutre de nous, et la droite qui nous utilise pour allumer un contre-feu, je pense que parmi les politiques, concernant l’autisme, il n’y en a pas un pour rattraper l’autre, si ce n’est Mélenchon, qui a posté cette vidéo sur sa chaîne. Elle est pleine de défauts : l’invité est une parent d’autisme, et je pense qu’il aurait été mieux d’inviter un autiste, comme Josef Schovanec, ou Julie Dachez, ou Alexandra Reynaud, ou si personne ne veut, je suis prêt à y aller moi-même. Elle parle aussi des vaccins comme cause potentielle, mais malgré ces défauts, c’est infiniment mieux que ce que font les mecs comme Fillon ou ceux qui votent contre l’interdiction de la psychanalyse.

Je dirais donc, que parmi les politiques candidats à la présidentielle 2017, le seul qui mérite peut-être qu’on lui parle et qu’on le respecte en tant qu’autiste, c’est Mélenchon. Ce qu’il a fait n’est pas parfait, mais il l’a fait avec bienveillance, et il ne s’est pas servi de nous pour faire de la récup.

Je dirais donc que, d’une part, les paroles répétées 4 fois de François Fillon me font gerber, mais d’autre part, la récupération faite par certains politiques me fait tout autant gerber, surtout si c’est pour dire qu’il faut « respecter les malades ».

Du love neuroatypique sur vous, sauf les hommes politiques probablement escrocs comme Fillon et ceux qui sucent la bite du psykk.

Sébastien

Publicités

1 Comment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s